Qui travaille la nuit au sein des établissements sociaux et médico-sociaux?

Pour répondre à cette question, on peut s’appuyer sur une étude conduite en 2011 (il n’existe pas, malheureusement, de données plus récentes). Cette enquête a établi le profil des professionnels travaillant la nuit au sein de la branche sanitaire, sociale et médico-sociale à but non lucratif. A cette époque, on compte près de 40 000 « travailleurs de nuit » au sein de la branche. 51 % de ces travailleurs sont en activité dans le secteur médico-social (handicap, personnes âgées), 30 % le sont dans le secteur sanitaire et, enfin, 19 % sont en activité dans le secteur social (protection de l’enfance, adultes en difficulté). 90 % des travailleurs de nuit ne travaillent que de nuit, faisant de cette population un « corps professionnel à part entière » (1).

En 2011, les « cinq emplois les plus présents la nuit » sont les suivants :

  • Aides-soignants (11 000 personnes),
  • Surveillants de nuit (8 000 personnes),
  • Aides médico-psychologiques (4 400 personnes),
  • Infirmiers (3 600 personnes),
  • Moniteurs-éducateurs (3 600 personnes).

Par ailleurs, à cette époque, 2 400 éducateurs spécialisés sont aussi travailleurs de nuit (2).

Il faut aussi souligner que, selon cette étude, ces emplois sont inégalement répartis selon les secteurs :

– Les infirmiers de nuit travaillent quasi-exclusivement dans le secteur sanitaire.

– Les aides-médico psychologiques « de nuit » travaillent quasi-exclusivement dans le secteur médico-social.

– A contrario, les aides-soignants de nuit travaillent tout à la fois dans le secteur sanitaire et dans le secteur médico-social (3).

Les surveillants de nuit, eux, travaillent principalement dans le secteur du handicap et de la protection de l’enfance (4). Ainsi, selon l’enquête emploi 2017 conduite par UNIFAF, environ 27% des surveillants de nuit de la BASS exercent au sein d’établissements relevant de la protection de l’enfance. Ils ne travaillent que marginalement au sein du secteur sanitaire.

Depuis 2011, le poids des surveillants de nuit semble s’être encore renforcé. En effet, selon la dernière enquête emploi réalisée, on comptait en 2017 10 100 surveillants de nuit.

Entre 2007 et 2017, l’emploi des surveillants de nuit au sein de la branche a progressé d’environ 25%, ce qui constitue une augmentation conséquente.

NOTES DE BAS DE PAGE

(1) Observatoire prospectif des métiers et des qualifications de la BASS, « Travailler la nuit dans la branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif », Etude nationale, 2011 (http://www.obs-professionsolidaires.fr)

(2) Observatoire prospectif des métiers et des qualifications de la BASS, « Travailler la nuit dans la branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif », Etude nationale, 2011.

(3) Del Alamo Simona, « L’aide-soignante et le travail de nuit », L’aide-soignante, novembre 2013, n°151, pp. 26-28.

(4) Cf. les enquêtes emploi UNIFAF 2007, 2012, 2017.

Un avis sur “Qui travaille la nuit au sein des établissements sociaux et médico-sociaux?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s