Elle s’appelait Laura. Elle avait 17 ans.

Elle s’appelait Laura. Elle avait 17 ans. En mars 2020, elle a choisi de mettre fin à ses jours. Elle venait d’apprendre que le procès de son grand-père était de nouveau reporté. Et cela, elle ne pouvait le supporter. Car, comme sa mère avant elle, comme ses sœurs, Laura a été victime de violences sexuelles répétées commises par son grand-père. Elle a eu le courage de dénoncer les faits mais elle n’avait plus le courage de vivre. Comment l’en blâmer ?

Elle a choisi de partir et pour elle, c’était un acte de liberté. Dans sa (très belle) lettre d’adieu, elle écrira : « je pars avec l’envie d’être finalement libre de mon corps et de mon histoire « .

Découvrez son histoire sur le site « Épris de justice » en lisant le texte que Keuj lui a consacré : https://www.epris-de-justice.info/la-premiere-experience-sexuelle-de-votre-fille-et-vos-petites-filles-cest-avec-vous/

Elle s’appelait Laura. Elle avait 17 ans.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :